Parler à ses cellules

Publié le 16. Fév, 2011 par dans Les cellules, Mémoire cellulaire

Nos cellules biologiques sont intelligentes et font exactement ce qu’on leur dit de faire. Mais nous sommes dans tel non amour de nous-mêmes que, sans nous en rendre compte, nous leur demandons de faire un travail de sabotage, ce qui génère, au mieux , du mal-être, au pire, la maladie.

Nos cellules ont une mémoire et cette mémoire est comparable au mental ; je veux dire par là qu’elles ont un mental bien à elles. Elles emmagasinent donc toutes les expériences positives et négatives, que nous traversons. C’est cette partie mentale des cellules qui fait qu’elles ont la réponse adéquate par exemple pour la digestion, même quand on leur envoie trop de nourriture, et surtout des nourritures incompatibles. Elles savent s’adapter. Tous les automatismes et tous les instincts s’accrochent à ce mental de la cellule.

Il est important de prendre conscience de cela pour apprendre à dialoguer avec ses cellules, car dans l’évolution qui vient, pour toute l’humanité, le fonctionnement cellulaire va devoir se modifier.

Les cellules n’ont pas que la mémoire, qu’on appelle ici le mental des cellules, elles ont aussi une partie divine. C’est cette partie divine de la cellule qui a permis que le corps de l’être humain évolue depuis l’homme préhistorique.

Pour savoir comment parler à nos cellules, il faut considérer que l’on a un orchestre devant soi et que l’on est le chef d’orchestre. Ce qui signifie qu’on va leur parler globalement et avec amour s’il-vous-plaît. On a tellement l’habitude de se mettre en colère contre elles quand on a le moindre bobo… alors qu’elles sont en train de nous alerter sur un trop plein non réglé !

Donc, les considérer comme des partenaires intelligentes et leur parler comme si on s’adressait à une personne devant nous. Par exemple : « mes chères cellules, on se couche à 1h du matin, mais demain on doit se lever à 5 h en pleine forme. Je vous demande donc de faire en sorte que ce soit comme si on avait 8 h de sommeil ». Essayez et vous serez étonnés de voir que vous vous réveillez en pleine forme et que vous le serez toute la journée.

Ou bien, vous voulez travailler sur le foie. Vous allez dire alors : « mes chères cellules du foie, je vous demande de faire le nécessaire pour éliminer ce mal être afin de retrouver votre forme, je sais que vous le pouvez et nous vous aidons toutes » (nous, ce sont toutes les autres cellules du corps).

Dans un orchestre, quand la flûte joue son solo, tous les instruments sont attentifs pour la soutenir.

Et tout cela va vous apprendre à vous aimer un peu.

Lorsque vous parlez comme cela à vos cellules, c’est à la partie divine dans la cellule que vous vous adressez.

Tout ceci doit devenir une nouvelle manière de fonctionner. Au début, cela va vous demander de l’attention et puis vous en prendrez la bonne habitude.

.

N'hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez aimé cet article, à le diffuser sur les réseaux sociaux ou à vous abonner à son flux RSS.

Tags: , , , , , ,

Aucun commentaire

Laisser une Réponse