Matrice

Publié le 05. Mar, 2011 par dans Famille, Initiation, Mémoire familiale

A la matrice utérine dans laquelle l’embryon se développe, se superpose la matrice formée par le couple parental et qui va accueillir l’être dans sa globalité, âme et corps. Et cette matrice, au stade actuel de développement de l’humanité, n’est jamais totalement saine. Le père et la mère sont toujours dans leurs blessures d’enfance et cela a de profondes conséquences sur l’enfant qui arrive en ce monde.
Par ailleurs, la mère, comme nous l’avons vu, tisse un lien particulier avec chaque enfant qu’elle porte et il y a création d’une matrice énergétique qui la reliera toute sa vie, et au-delà, avec toutes ses problématiques, à ses enfants. Le constat est chargé dès la naissance. Et l’enfant va obligatoirement se développer avec des blessures liées à des incompréhensions quant à ce qu’il vit. Le couple parental est donc la matrice de l’enfant intérieur blessé.

Assez vite, au cours du développement de l’enfant, va se créer une autre matrice qui elle, prend racine dans le corps mental et déborde le corps astral et physique, c’est la matrice de l’ego. Elle s’ajoute à celle de l’enfant blessé et vient verrouiller l’ensemble enfermant l’être dans ses illusions, ses peurs, ses rejets.

C’est pour cela que le début du travail sur soi consiste à guérir l’enfant intérieur blessé, afin de libérer l’être de ce qui ne lui appartient pas mais appartient à ses parents. Pour ceux qui vivent des choses dramatiques (violences, attouchements, abandon physique…), les dégâts dans le corps énergétique sont tels que la cicatrisation sera souvent longue.
En parallèle avec le travail sur l’enfant blessé doit se faire celui sur l’ego. Les deux vont de pair car les deux sont imbriqués dans la globalité de l’être.

La guérison se passe en trois phases : rejet, pardon et lâcher-prise. La phase rejet est très longue, car l’être fait en permanence un transfert sur tout ce qui représente l’autorité autour de lui.

Lorsque l’enfant blessé est guéri, tout au moins pour l’essentiel, l’être est fortement connecté à son âme, c’est-à-dire au maître intérieur et il mène sa vie tout autrement car une partie de sa vision (sur lui, sur les autres, sur la vie), prend racine au-delà du mental concret et est donc plus claire. L’ego perd du terrain et le cheminement initiatique peut commencer.

Ce cheminement initiatique, qui amène à la mort de l’ego et s’étend sur plusieurs vies, permet à l’être humain de retrouver petit à petit sa nature divine et d’intégrer jusque dans son corps physique la matrice cosmique des 12 rayons Divins (7 rayons d’expression Divine et 5 rayons de qualités Divines). Jusque dans son corps physique, c’est-à-dire en étant sur la Terre. Il y a déjà quelques êtres qui vivent cela actuellement et toute l’humanité devra y parvenir pour former cette 7è race dite Kumara, soit la race de l’homme-Christ et de la femme-Christ. C’est en route.

N'hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez aimé cet article, à le diffuser sur les réseaux sociaux ou à vous abonner à son flux RSS.

Tags: , , , ,

Aucun commentaire

Laisser une Réponse