La maladie mentale

Publié le 25. Avr, 2011 par dans Famille

Contrairement à ce que l’on peut penser à l’heure actuelle, la maladie mentale est bien une maladie physique, puisque le corps mental est de la matière subtile, mais de la matière.

C’est une forme de maladie qui est choisie par l’âme, pour une incarnation et qui correspond à un dysfonctionnement dans la coordination des corps subtils que sont le mental, l’astral (ou émotionnel) et le physique/énergétique.

Les causes de ce choix sont notamment karmiques (elles prennent racine dans des vies antérieures), mais pas uniquement.  L’âme, avec cette incarnation si difficile, veut faire une recherche par rapport à la personnalité (aux trois corps inférieurs). C’est cela la vie de l’âme : elle expérimente, pour progresser. Et dans ce cas précis, elle devient plus exigeante…

D’ailleurs, les malades mentaux sont des personnes intelligentes et faisant preuve d’un certain degré d’évolution.

Comment fonctionnent les corps d’une personne atteinte de maladie mentale  ?

Le corps mental est très impressionnable.

Le corps astral a une sensibilité exacerbée.

Le corps énergétique (là où se situent les chakras),  incapable de rediffuser l’énergie dans le corps physique comme pour un homme normal, l’explose dans le corps astral et le malade se retrouve alors plongé dans le plan astral.

C’est ainsi qu’il est coupé de la réalité du monde extérieur où évolue l’homme normal.

Parfois, à force de dysfonctionnement, il arrive que certains centres énergétiques soient détruits et que l’être ne puisse plus continuer son évolution. Mais avant d’en arriver là, la maladie mentale pourrait être guérie si le malade était pris en charge par un médecin ou psychologue initié ayant donc la connaissance et la vision des mondes subtils. C’est ce qui arrivera car c’est indispensable pour l’évolution de l’humanité. Pour cela, il faut que chacun s’ouvre à son monde intérieur et seule l’initiation le permet.

Tout est une question de vision :

Le malade mental se trouve propulsé dans un plan intérieur (l’astral) dont il a une vision partielle et anarchique et ne il comprend pas ce qui lui arrive.

L’homme normal a uniquement la vision extérieure du monde dans lequel il évolue et pas de vision des mondes subtils.

Donc les deux sont totalement coupés l’un de l’autre et ne peuvent pas communiquer.

L’initié a le double regard, intérieur (mondes subtils) et extérieur (monde dans lequel il évolue). Il est donc le seul à pouvoir aider le malade mental à comprendre ce qui lui arrive. Le seul à pouvoir lui expliquer que la pluie d’étoiles qui tombe sur lui ou que la personne qui le regarde au pied de son lit existent bien, mais dans un plan qu’on appelle l’astral et auquel tout le monde n’a pas accès.  Les hallucinations qui assaillent le malade sont dues à ce dysfonctionnement dans la coordination des corps subtils et elles sont la représentation des formes-pensées générées par l’humanité en permanence.

Actuellement, le monde médical (psychiatres, psychologues, psychanalystes) s’occupent de la personnalité représentée par les trois corps, physique, émotionnel et mental. Or, chez le malade mental, la personnalité n’existe pas vraiment. Le malade n’a que des fragments de sensations et de réactions qui sont émises par ses trois corps inférieurs soumis à une vision trop forte pour eux.

Le malade mental est en permanence dans l’émotion car toutes les impressions mentales qu’il reçoit passent directement dans son corps émotionnel et pas par son cerveau. Il vit donc dans l’astral, cette poubelle de l’humanité créée et alimentée en permanence par tous les humains et il le subit sans pouvoir y faire face. Il récupère tout ce que le monde rejette de négativité. L’astral est un dépotoir où se côtoient : illusions et désillusions, désirs, espoirs, violences, horreurs, aspirations, idéaux non atteints… Donc, si le comportement du malade est débile ou délirant, il est motivé par cette vision de l’astral que le médecin qui le soigne ne voit pas.

Actuellement les médecins psy savent qu’ils soignent la réalité psychique du malade mais ils ne croient pas vraiment qu’elle existe. Et c’est terrible, car cela revient à dire  qu’un homme souffrant d’une appendicite aigüe serait soigné pour sa douleur par des médecins persuadés que l’appendicite n’existe pas vraiment mais que c’est une réalité psychique uniquement liée au malade !

Les pas à faire sont gigantesques et ne peuvent être faits que par chacun dans ce choix de la transformation consciente qu’est la voie initiatique.

Ouvrage de référence : D’un point de vie ésotérique. Editions LCD Médiation

N'hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez aimé cet article, à le diffuser sur les réseaux sociaux ou à vous abonner à son flux RSS.

Tags: , , , , , , , ,

Une Réponse pour “La maladie mentale”

  1. Votre article est intéressant, il ouvre des pistes de réflexions à explorer. Merci de l\’avoir partagé.

Laisser une Réponse